Libération: Une sincérité qui se mêle à la découverte de soi.

L’écriture est bouleversante de sincérité. Une sincérité qui fait souvent la marque des premiers romans. Gare à ce qu’elle ne s’émousse.

On la retrouve cette année dans le très beau livre de deuil et de révolte de Didier Castino où un fils rend sa voix (sa vie) à un père décédé dans un accident d’usine (Après le silence, chez Liana Levi), dans Avant de rejoindre la grand soleil (de Daniel Parrochia, chez Buchet-Chastel) sur les éblouissements et les mirages de la jeunesse ou le Pardon de Rodolphe Blavy où l’Afrique (si présente aussi dans la Fête des mères) se mêle à la découverte de soi. 68 premiers romans ? De quoi tenir chronique pendant des mois.

Libération


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
No tags yet.